Le travail ici et ailleurs


DELOCALISATION; COMMERCE EQUITABLE; DROIT DE L'ENFANT; CHOMAGE; TRAVAIL

Publics : PRIMAIRE; COLLEGE; LYCEE; JEUNE; TOUT PUBLIC

Campagnes :
SEMAINE DE LA SOLIDARITE INTERNATIONALE

Le collectif aubois a organisé une série d'animations à l'occasion de l'édition 2004 se la Semaine de la solidarité internationale.

A) Objectif et message

L'objectif était de sensibiliser les publics de tout age aux différences dans le travail, ici et ailleurs et de mettre en avant d'autres possibilités d'échanges économiques plus équitables.

Le message pouvait se décomposer de la façon suivante.

A partir d'un constat :

-négatif : discriminations sexistes ou raciales au travail, chômage, délocalisations, exploitation des travailleurs, travai des enfants,

- et positif : les coopératives de femmes (en Afrique par exemple), les réseaux associatifs, les réseaux de nouvelle économie ou le commerce équitable,

Que peut-on envisager comme solutions d'avenir ? Les actions solidaires, le développement durable, le commerce et le tourisme équitables, l'économie solidaire.

B) Préparation et déroulement de l'action

A partir de février 2004, nous avons tenu 8 réunions préparatoires et nous avons fait une réunion bilan le 30 novembre. Chaque réunion durait environ 2 heures et se déroulait de la façon suivante : bilan des décisions précédentes, discussion sur les projets, le point sur les contacts pris par les uns ou les autres, rappel du cadre de la charte de la Semaine de la solidarité internationale, financement du projet, relations avec les médias, etc .

Ces réunions se tenaient dans les locaux de la Ligue de l'Enseignement de l'aube avec des participants qui, selon les associations, tournaient ou étaient les mêmes d'une réunion à l'autre. Les compte rendus étaient envoyés sytématiquement à toutes les associations du collectif.

Ont été impliqués dans cette action :

- 23 associations, collectivités ou syndicats,

- 17 partenaires matériels et financiers,

- 53 bénévoles pour la préparation, l'installation, la tenue des stands.

Le côut de l'action s'est élevé à 1869.29 euros.

L'action s'est déroulée de la façon suivante :

- En amont, dans plusieurs classes du département, un travail a été fait sur les droits des enfants avec l'aide de l'OCCE (Office Central de la Coopération à l'Ecole) et le support d'une " valise pédagogique " sur les droits des enfants.

- Les classes ont été accueillies sur le village associatif avec projection de films, questionnaire et jeu de piste pour découvrir les différentes associations présentes.

- Exposition des travaux effectués dans les classes.

- Conférences-débats pour les adultes.

C) Le bilan

Nous nous appuyons pour faire le bilan sur les documents envoyés par la coordination nationale de la Semaine. Une réunion bilan entre les organisateurs a eu lieu le 30 novembre. Voilà les points qui s'en dégagent.

- Nombreuses associations impliquées.

- Fréquentation beaucoup plus importante qu'en 2003.

- Bonne participation des scolaires.

- Toujours plus difficile d'attirer du monde aux conférences-débats, mais les intervenants expriment que la province " n'a pas à rougir " d'une salle de 70 personnes, dans la région parisienne ils n'arrivent pas forcément à rassembler plus de monde.

- Actions ciblées correspondant bien à la thématique de la solidarité internationale.

- Bonne représentation et valorisation de différentes perspectives de solidarité.

- Bon équilibre entre les différentes formes de présentation : cinéma, expositions, conférences-débats, animations scolaires, forum associatif, soirée lecture, soirée festive.

- Travail coopératif entre toutes les associations.

- Très bonne couverture médiatique qui tend à prouver l'intérêt général pour ce genre de manifestation et pour le thème abordé.

- Travaux d'élèves de qualité.

- Très apprécié : le questionnaire proposé aux scolaires visitant le village associatif.

- Moins appréciés : les contenus de certaines interventions aux conférences-débats (2 sur les 6) pas assez ouverts, pas assez " engagés ".

D) Points d'attention et piste d'action pour la prochaine édition de la Semaine

- Choix des intervenants pour les conférences-débats : difficile de trouver une vraie adéquation entre le thème prévu et le contenu de l'intervention.

- Projet de chercher un intervenant plus connu qui pourrait " lancer " la Semaine et ainsi attirer un public plus nombreux qui, par la même occasion, serait informé de la suite des actions.

- On pourrait aussi commencer par un concert gratuit très médiatisé et faire, à cette occasion, une forte information sur le programme de la Semaine.

- Essayer d'entrer dans le cycle des conférences à l'UTT.

- Préparer avec les scolaires encore plus longtemps à l'avance.

- Prévoir des animations sur le village associatif pour que les visiteurs restent.

- Solliciter la presse, les radios et la télé locale de manière encore plus importante.

Nous pensons aussi qu'il est important de partir " pas trop ambitieux " et de bien s'appuyer sur le cadre défini par la charte de la Semaine de la solidarité internationale. Enfin le travail en direction des scolaires et des jeunes nous paraît déterminant. Si nous ne sensibilisons pas les futurs citoyens, que faisons-nous ?

FRANCOIS, Nicole
COLLECTIF AUBOIS
2004/11
14 rue de Grève 10190 Villemaur-sur-Vanne, France. Tél. 03 25 40 55 88 ou 06 07 35 14 36