Demain le Monde ... Le développement durable à Plouzané


SENEGAL; AFRIQUE

DEVELOPPEMENT DURABLE; PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT; RENCONTRE DES CULTURES; CORRESPONDANCE SCOLAIRE

Publics : CYCLE 1; CYCLE 2; CYCLE 3; COLLEGE; ADULTE

Campagnes :
CAMPAGNE DEMAIN LE MONDE; RECUEIL n°8

A) Les acteurs et leur implication

L'association Lire à Plouzané a été à l'initiative du projet en partenariat avec Peuples Solidaires et en a assuré le suivi, la coordination et la gestion financière.

Elle a conçu les malles pédagogiques et assuré la gestion des différentes expositions et organisé le concours de dessins et de poésies " Notre planète, comment nous la voyons, comment nous la rêvons ".

Partenaires co-organisateurs :

- Peuples solidaires a co-organisé avec l'association " Skara-B " le " Mois du développement durable " et a assuré les liens avec les partenaires sénégalais impliqués dans le projet.

Il a co-organisé le " Mois Afrique " avec la Courte Echelle, association de gestion des Centres Sociaux de la commune, qui en a été l'initiatrice.

Autres acteurs impliqués dans l'action :

- l'association " Paysage pour Plouzané " et l'association sénégalaise " Jardins d'Afrique ".

- l'Amicale Laïque a apporté le concours de sa Chorale et a participé au projet " Exploiter n'est pas jouer " en accueillant l'artisan africain dans le cadre de son CLSH.

- La maternelle de Kroas-Saliou a mené à bien son projet " Du blé, du pain ".

- La municipalité de Plouzané a mis à disposition des locaux pour les différentes animations et assuré la reprographie des plaquettes-programme, affiches, tracts information.

B) Objectifs et publics

Les actions à destination des élèves de la maternelle au collège, de leurs parents et des jeunes des Centres sociaux avaient 3 objectifs principaux :

1) Prendre conscience des différentes dégradations subies par notre environnement du fait de notre surconsommation et de la nécessité pour chacun d'être acteur dans la protection de celui-ci et situer cette problématique à l'échelle planétaire.

2) Faire prendre conscience que le maintien de la diversité culturelle est un des axes du développement durable.

3) S'impliquer dans la retransmission des connaissances acquises pour les démultiplier auprès d'autres publics.

Trois thèmes ont été abordés :

- La dégradation et la protection de l'environnement.

- La richesse de la diversité culturelle par la découverte de la culture de l'Afrique de l'Ouest et plus particulièrement du Sénégal.

- La participation des citoyens, notamment à travers le rôle de la vie associative.

C) Des démarches pédagogiques qui varient en fonction des publics

- Faire passer la sensibilisation et les informations auprès des jeunes en impliquant différents intervenants extérieurs (associations, agriculteurs, élus_) s'est avéré particulièrement motivant pour les jeunes et les rendaient curieux et attentifs.

- Partir de choses très concrètes, comme le nettoyage des plages, a favorisé la prise de conscience des jeunes des accueils du Centre Social.

- Rendre les jeunes acteurs et capables de retransmettre les découvertes acquises dans leurs familles et auprès d'autres jeunes.

- Des rencontres informelles avec des femmes qui fréquentent une maison de quartier, débutant autour d'un café, ont permis des échanges très intéressants sur le rôle des femmes africaines dans le développement.

- Plonger un Centre Social dans un " bain africain " en y exposant des objets du quotidien, des tissus et vêtements, des instruments du musique... a permis de faire découvrir la richesse d'une culture à un public qui ne serait pas venu à une exposition.

- La correspondance, individuelle et collective, a été un support efficace à l'échange interculturel.

D) Diversité des outils pédagogiques

Outils réalisés préalablement par les partenaires :

- Yayéme, village du Sénégal (exposition Lire à Plouzané)

- Une terre saine pour tous, aujourd'hui et demain (exposition Lire à Plouzané)

- Jeu des " 7 familles des déchets de la plage " (Digamaro) .

Outils acquis par Lire à Plouzané :

- L'exposition " Les enjeux du développement durable " (Orcades) et les documents et vidéos qui l'accompagne " Porto Alegre ", " Kerala ", " le défi de Curritiba ".

- Le livret pour enfants " Citoyens d'une même planète " (Peuples Solidaires) et le " développement durable en 46 fiches ".

- L'exposition " Exploiter n'est pas jouer " et le livret (Peuples Solidaires).

- La mini exposition présentant la réalisation de jouets par un artisan burkinabé (Afric'impact)

- Les vidéos du GRAD : " Le temps des récoles ", " les petites cuisinières africaines ".

- Celles d'Orcades : " le riz ", " la plaine rizicole aux Philippines ".

Outils réalisés par les élèves, enseignants et bénévoles :

- Numéro spécial de Guerre à l'Ane, journal du Collège de Kérallan

- 2 numéros de " Baldoko ", bulletin de Peuples Solidaires Plouzané

E) Personnes encadrant l'action

Bénévoles :

- les équipes des associations concernées,

- 2 agriculteurs et deux anciens de Plouzané qui ont fabriqué des jouets en bois,

- des élus locaux,

- les musiciens, chanteurs et conteurs,

- l'artisan burkinabé qui fabrique des jouets.

Salariés :

- les enseignants concernés par le projet en France et dans les écoles sénégalaises partenaires,

- la conteuse sénégalaise,

- les animateurs-jeunesse de la Courte Echelle,

- un animateur nature et plongée.

F) Publics touchés

- maternelle : 94 enfants, 4 enseignants, 1 école.

- primaire : 203 enfants, 10 enseignants, 3 écoles.

- collège : 214 enfants, 10 classes et 2 Clubs, 6 enseignants et 2 écoles.

- jeunes hors milieu scolaire : 243

- adultes : 390.

G) Ce qui a partiellement réussi

- Nous n'avons eu aucune réponse des autres écoles primaires et collèges quant à leur participation au concours de poésies et de dessins.

- La participation aux débats et après-midi contes a été un peu faible. Cela peut s'expliquer par la quantité d'information diffusée qui nuisait peut-être à la lisibilité des différents temps de l'animation.

- La non-réalisation de la mini-exposition " Du blé à la quinoa " (malgré toutes les recherches déjà commencées sur ce thème) par les élèves du Club Citoyens du Monde est due à l'intérêt qu'ils ont porté à l'intervention de l'artisan africain. Les élèves ont eu envie de réaliser à leur tour des animaux avec du fil de fer. Les activités du Club se situant dans un créneau de loisir, il a paru préférable d'accompagner les élèves dans cette démarche de créativité, bien qui cela ait empêché l'aboutissement du projet d'exposition.

- La non réalisation de la petite exposition sur l'environnement marin est liée au fait que le projet était un peu trop ambitieux pour les jeunes fréquentant le centre social qui n'étaient pas à l'aise avec l'écrit. Des restitutions orales sur le nettoyage de plage ont eu lieu auprès des autres jeunes. L'animatrice qui portait le projet n'a pas voulu se substituer aux jeunes. Il n'y a eu qu'une mini-exposition sur papier kraft.

H) Ce qui a bien marché et pourquoi.

Un partenariat qui s'est renforcé au cours du projet

L'action s'est développée pendant la durée même de sa réalisation. Des projets non prévus au départ sont venus l'enrichir, comme le Mois Afrique. Ces compléments ont été proposés par la Courte Echelle qui n'était pas un des partenaires les plus impliqués dans la mise en place du projet initial.

Le partenariat inter-associatif s'est trouvé renforcé sur les thèmes du développement durable, de la rencontre interculturelle. Des associations, dont ces thèmes ne sont pas les objectifs spécifiques, se sont impliquées de manière accrue.

Le partenariat s'est élargi entre le collège et la vie associative locale. Plusieurs associations sont intervenues pour la première fois dans une classe.

L'idée de clôturer l'ensemble du projet par un " Mois Afrique " est née de la qualité du partenariat entre la Courte Echelle, Peuples Solidaires et Lire à Plouzané. La rencontre avec les partenaires sénégalais s'est prolongée dans le cadre du festival annuel du conte, la Bibliothèque municipale ayant la possibilité de faire venir des conteurs africains pour clore ce " Mois Afrique ".

La qualité de l'échange avec les partenaires Sénégalais.

Un réel partenariat éducatif a été mené avec les enseignants sénégalais. Des travaux sur les déchets, la protection du littoral, les arbres... ont été menés de manière conjointe ici et au Sénégal.

La participation des classes de 6ème du collège et des classes sénégalaises, impliquées dès le départ dans le concours de dessins et de poésies a été très bonne.

Un travail commun enseignant/ militant et une offre d'outils pédagogiques importante

Pour ce qui est du projet " citoyens d'une même planète ", l'implication de l'enseignante d'histoire-géographie qui a décidé de consacrer 10 à 12 heures dévolues à l'éducation civique à ce thème et le temps passé avec une des militante de Peuples Solidaires pour préparer ces heures ont été déterminantes. Il en va de même de la richesse de la documentation mise à disposition. Les expositions et les malles pédagogiques ont été largement utilisés.

La motivation des jeunes

La motivation des jeunes de l'association Digamaro a permis d'aller plus loin dans les actions de protection de l'environnement marin (4 nettoyages de plage au lieu de 2). Des adultes handicapés mentaux accompagnés de leurs éducateurs ont participé à un des ces nettoyages avec les jeunes.

Le témoignage d'un jeune plongeur de l'association Digamaro dans les classes et le jeu des 7 familles (qui a circulé dans les familles) ont rencontré un grand succès.

Enfin, le nombre d'article de presse sur les différentes animations a été satisfaisant même si toutes les animations n'ont pas été couvertes.

I) Pour conclure

Ce projet a permis des avancées dans :

- la mise en place de projet intergénérationnels,

- la sensibilisation de publics nouveaux (jeunes, groupe de femmes...)

- l'implication de 2 associations gérées par des jeunes dans le processus de sensibilisation d'autres jeunes.

D'autres projets se sont mis en place dans la continuité de ces diverses activités.

Outils : Les enjeux du développement durable " (exposition); Citoyen d'une même planète : Aujourd'hui et demain (dossier pédagogique) ; Le temps des récoltes (vidéo); Les petites cuisinières africaines (vidéo)

NICOLAS, Hélène
LIRE A PLOUZANE
2004/04
Centre Social de Kerallan, rue des Myosotis, 29 280 Plouzané, France. Tél. 02 98 45 42 42 Fax. 02 98 05 02 74 Jlnicolas@wanadoo.fr